La relance des festivals est souhaitée par le Syndicat des musiques actuelles qui attend aussi des pouvoirs publics des assurances sur les aides aux entreprises. La requête est présentée lors d'une rencontre entre le ministre de la Culture (29 janvier), le syndicat et quatorze organisateurs d'événements, au cours de laquelle le SMA fait part de «la forte iniquité et le manque de confiance que subit le secteur musical à l’arrêt depuis bientôt un an» en même temps que de «l’importance des festivals pour les territoires sur lesquels ils sont ancrés et sur les conséquences notamment économiques et sociétales qu’une annulation entraînerait». 

Satisfaite par la proposition de la ministre de «réponses justes et adaptées (…) en fonction des jauges, des temporalités et des configurations», l'organisation professionnelle attend de la prochaine rencontre prévue le 11 février 2021 des précisions sur le cadre de reprise ainsi que «des assurances quant aux aides apportées à nos entreprises (activité partielle, fonds de solidarité, aides sectorielles pour tenir nos évènements en formats alternatifs, etc.)». Le SMA demande, en outre, «la suspension de la circulaire Collomb et du décret son».

Communiqué SMA – 29 janvier 2021

La confédération des PME demande que les pouvoirs publics prennent des mesures pour préserver l'activité des professionnels indépendants, durement impactés par la crise sanitaire. Pour la CPME, il est impératif de «lier la dette vis-à-vis de la Sécurité sociale des travailleurs indépendants (SSTI) à l’existence-même de l’entreprise», de suspendre les cautions personnelles pour «cas de force majeure», de bloquer «l’inscription au Fichier des incidents de remboursement de crédits (FICP) des travailleurs indépendants n’ayant jamais connu d’incidents de paiement avant mars 2020».

Communiqué CPME – 28 janvier 2021

L'association pour la formation professionnelle des adultes inaugure un nouveau programme destiné à remobiliser les jeunes en situation de décrochage aggravée par la crise sanitaire. Baptisé «Promo 618» et inauguré à Châteauroux, ce programme «innovant» est construit sur le principe «d'ateliers thématiques», étalés sur 13 semaines, concourant à «permettre aux jeunes de changer de regard sur eux-mêmes et (…) sur leur avenir». Selon l'AFPA, l'objectif est «accueillir 35000 jeunes décrocheurs scolaires, d’ici la fin 2021», en déclinaison du «Plan #1Jeune1Solution» acté par le Gouvernement.

Communiqué AFPA – 26 janvier 2021