1932: de l’Amicale des clubs amateurs aux ligues de sport professionnel

La Ligue de football professionnel inaugure un modèle spécifique d’organisation du sport professionnel en France, comme élément d’un système d’intervention étatique soutenu qui a du néanmoins s’adapter aux enjeux économiques, notamment pour les clubs. Il existe aujourd’hui 7 ligues habilitées par leur fédération d’affiliation respective à l’organisation des compétitions entre professionnels, la promotion et le développement de la pratique professionnelle et des clubs. En parallèle, se sont développés les syndicats professionnels dédiés à la défense des intérêts des clubs professionnels.

Émergeant autour des enjeux de mise à disposition des joueurs entre fédérations et clubs, mais aussi de ressources économiques des clubs, l’Amicale des clubs amateurs utilisant des joueurs professionnels est la première institution professionnelle revendiquant la défense des intérêts des clubs professionnels.

Une structure représentative des pratiques sportives professionnelles

Elle se constitue sous forme d’association loi 1901, en dépit de l’opposition de la Fédération française (créée en 1919) jusque-là gestionnaire du statut des joueurs professionnels. Mais il faudra attendre 1944 pour qu’elle soit reconnue et commence à agir, après l’intermède du régime de Vichy (charte des sports, 1940) qui avait suspendu toute organisation et compétition sportives professionnelles. Officialisée par les pouvoirs publics en 1946 (IVe République) comme Groupement des clubs autorisés à utiliser des sports professionnels, avec pour premier président Emmanuel Gambardella, elle deviendra par la suite Groupement du football professionnel (1969), Ligue nationale de football (1981), puis Ligue de football professionnel (2002), avec pour premier président Frédéric Thiriez.

Actuellement présidée par Nathalie Boy de la Tour, son conseil d’administration réunit des représentants des clubs de ligue 1 et 2 (9), de la Fédération française (1), de Première ligue (1) et de l’UCPF (1), des joueurs (2), des éducateurs (2), des arbitres (1), personnels administratifs (1), médecins des clubs (1), ainsi que des membres de droit dont le président de la Fédération française de football (actuellement Noël Le Graet), le directeur des sélections nationales (Didier Deschamps, à ce jour). Une instance clé, est ici, la Direction nationale des comptes de gestion (20 membres), gendarme très redouté des comptes des clubs.

La ligue, instituée comme délégataire de la fédération

Le modèle de ligue se démultiplie à partir de la loi du 16 juillet 1984 sur l’organisation du sport en France, qui autorise les fédérations sportives (association loi 1901) à «créer, pour l'organisation des compétitions sportives qu'elles définissent, une ligue professionnelle dotée de la personnalité morale» (art. 1), sous forme «d’association déclarée» (art.2). Le décret 2002-762 du 2 mai 2002 pris pour application de cette loi établit aussi (art. 8) le principe de convention entre fédération et ligue pour ce qui est de leurs compétences respectives – les premières ayant un pouvoir de contrôle sur les secondes. Quoiqu’abrogé en 2007, ses dispositions sont transcrites dans le Code du sport (partie réglementaire, décrets, livre Ier, titre III) créé en 2004.

Suite à  celle de la ligue de football sont successivement intervenues les créations de :

• 1987 : Ligue nationale de basket (LNB), avec pour premier président Jean-Bayle Lespitau (liée à Fédération française de basket, 1932), doublée en 1998 par celle d’une Ligue féminine de basket-ball. Elle est aujourd’hui présidée par Alain Béral et gère 36 clubs de 1re et 2e divisions.

1987 : Ligue promotionnelle de volley-ball (liée à Fédération française de volley-ball, 1936), devenue Ligue nationale de volley (LNV) en 1999. Elle est aujourd’hui présidée par Alain Griguer et gère 39 clubs

• 1989 : Ligue du cyclisme professionnel français avec pour premier président Richard Marinier (liée à Fédération française de cyclisme, 1881), devenue Ligue nationale de cyclisme (LNC) en 2008. Elle est aujourd’hui présidée par Marc Madiot. Elle structure les compétitions organisées par 10 équipes allant de la 1re à la 3e division. 

• 1998 : Ligue nationale de rugby (LNR), avec pour premier président Serge Blanco (liée à Fédération française de rugby, 1919). Elle est aujourd’hui présidée par René Bouscatel et gère 30 clubs de 1re et 2e divisions.

• 2004 : Ligue nationale de handball (LNH), avec pour premier président Philippe Bernat-Salles (liée à Fédération française de handball, 1901). Elle est aujourd’hui présidée par Olivier Girault et gère 28 clubs de de 1re et 2e divisions. 

Est par ailleurs reconnue officiellement par le ministère des Sports la Ligue Magnus (2014), qui fédère les clubs du championnat de France de hockey-sur-glace (1911). Longtemps rattachée à la Fédération française des sports de glace (FFSG, créée en 1942), la pratique du hockey s’autonomise en 2006 avec la création d’une fédération en propre (FFHG) qui engage, à partir de 2010, la structuration progressive d’une ligue visant à professionnaliser le championnat de France. Elle est aujourd'hui présidée par Luc Tardif et gère 12 clubs.

Des attributions réparties entre ligues professionnelles et unions professionnelles

Fortement soutenue par les pouvoirs publics, la délégation permet de réguler d’éventuels conflits entre fédération et syndicats de clubs professionnels, comme ça a été le cas pour l’Union nationale des clubs de football professionnel, ou de professionnaliser des instances internes. De fait opère une répartition des rôles entre ligue et syndicats existants, à savoir outre l'UNCP et par ordre chronologique de création :

• 1995: Union nationale des clubs professionnels de basket (UNCPB), aujourd'hui présidée par Michel Godillot, représentant les intérêts de 26 clubs. 

•  2000: Association des groupes cyclistes professionnels français (AGCPF), aujourd'hui présidée par Yvon Sanquer.

• 2004: Union des clubs professionnels de rugby  (UPCR), aujourd'hui présidée par Alain Carré, représentant les intérêts de 30 clubs.

•  2006: Union des clubs professionnels de volley-ball (UCPVB), aujourd'hui présidée par Jean-Paul Aloro, représentant les intérêts de 39 clubs.

•  2007: Union des clubs professionnels de handball (UCPH), aujourd'hui présidée par David Tebib, représentant les intérêts de 30 clubs.

•  2018: Association des critériums professionnels français (ACPF) issue du GOFCC (groupement des organisateurs de critériums cyclistes), aujourd'hui présidée par Francis Cantournet, qui défend les intérêts de 12 organisateurs de manifestations. 

Généralement les missions relevant de la convention fédération-ligue portent sur l’organisation des compétitions entre professionnels, ou semi-professionnels, la promotion et le développement de la pratique professionnelle et des clubs, dont les représentants sont majoritaires au sein des instances de gouvernance. La présence des joueurs, arbitres, voire administratifs, traduit par ailleurs la structuration d’une représentation des divers travailleurs des clubs, éventuellement associée à une confédération syndicale interprofessionnelle.

Depuis 2006, les ligues sont fédérées au sein de l’Association nationale des ligues de sport professionnel (ANLSP), qui a vocation à contribuer au développement et à participer à la gouvernance collective du sport professionnel français. Présidé depuis sa création par Patrick Wolff, son conseil d’administration réunit les présidents (ou représentants) des ligues adhérentes. De leur côté, 5 unions professionnelles (basket-ball, handball, football, rugby et volley-ball) ont créé, en 2014, une structure commune baptisée « Unipros » qui a vocation à promouvoir les sujets de préoccupation des employeurs du sport français. Elle est actuellement présidée par Philippe Diallo (UCPF).

Ces unions sont par adhérentes du Conseil social du mouvement sportif (CoSMoS), association loi 1901 nationalement représentative des organisations patronales de la branche sports et habilitée à signer la convention collective du sport. Les Ligues nationales ne sont pas membres de CoSMoS, mais leurs fédérations d’affiliation en sont adhérentes.

 

Principales sources et références
- Loi sur l'organisations des activités physiques et sportives, Journal officiel, 17 juillet 1984; accessible en ligne sur le site Légifrance
- « Rapport au secrétaire d’État au sport, Grande conférence sur le sport professionnel français», avril 2016. Accessible en ligne sur le site du ministère des Sports
- « Les politiques du sport en France», Jean-Paul Callède, Presses Universitaires de France, revue l'Année sociologique, 2002, ISBN 9782130546610; accessible en ligne sur le site Cairn Infos
- « Vingt ans de relations entre le mouvement sportif et l’État : d’une collaboration ambivalente vers une régulation managériale ?», Emmanuel Bayle, Christophe Durand; Politiques et management public, vol. 22, n° 2, 2004. Accessible en ligne sur le site Persée
- « L’actuel système d’organisation du sport français est-il soutenable ?», Claude Legrand, APORS éditions, revue Prospective et stratégie, 2010, ISBN 9782857890348; accessible sur le site de Cairn Infos 
- «Statuts de la Ligue de football professionnel», 2017.  Accessible sur le site de la LP
- Sites : LPF, LNB, LNC, LNR, FFHG/Ligue Magnus, ANLSP, UCPF, UCPH, UCPR, UCPVB, COsMoS