Consécutifs à la crise de Mai 68, les accords de Grenelle aboutissent au renforcement du droit syndical et à la relance de la négociation entre partenaires sociaux. C’est aussi l’occasion d’un tour de table plus étoffé qu’en 1936, incluant les organisations patronales (CGPME) et de salariés (CFE-CGC, FO, CFDT) créées au sortir de la Guerre. Le texte, présenté ici dans sa version originale intégrale, n’a toutefois pas été signé.

Les accords de Matignon signés le 7 juin 1936 et complétés par plusieurs lois du gouvernement de Front populaire constituent un épisode de référence dans la législation du travail en France. Ils marquent aussi le premier tour de table de négociation nationale collective interprofessionnelle entre patronat et syndicats. Le texte est présenté ici dans sa version originale intégrale.