Les organisations professionnelles Hexopée, le GSOTF et Cap France demandent aux pouvoirs publics de permettre aux salariés en contrat saisonnier de bénéficier de l’activité partielle de longue durée.

Hexopée, le Groupement syndical des organismes de tourisme familial(GSOTF) et Cap France (villages de vacances et hôtels clubs indépendants) rappellent en effet que «le secteur, très fortement impacté par la crise sanitaire (…) s’étonne et s’inquiète de la position du ministère du Travail de ne pas intégrer dans le dispositif APLD les travailleurs saisonniers, d’autant plus qu’aucune disposition législative ou règlementaire ne les exclut (…)». Un état de fait qui «a pourtant été largement intégré dans la stratégie de sortie de crise de bon nombre de nos structures», et qui suppose donc «de garantir (…) la possibilité d’anticiper et donc de prévoir le placement de leur personnel en activité partielle de longue durée, quelle que soit la nature de leur contrat». 

Il s’agit aussi de permettre «aux salariés concernés de retrouver la stabilité» et de soutenir «l’engouement pour ces secteurs et ces métiers». 

Communiqué commun Hexopée, GSOTF, Cap France – 21 juin 2021

Le syndicat Force ouvrière fait part au Premier ministre de son opposition à plusieurs projets de réforme portés par le Gouvernement et plaide pour une approche sociale de la sortie de crise

Reçue à Matignon (21 juin 2021), la délégation de FO, dont le secrétaire général Yves Veyrier, présentait au Premier ministre les revendications actées par son comité fédéral. Concernant la sortie de crise, le  syndicat plaide notamment pour que «la campagne de vaccination à l’intention de l’ensemble des salariés» soit soutenue, pour la levée des «dispositions restrictives en matière de libertés et que soit rétabli l’exercice plein et entier des droits syndicaux», pour qu’il «soit mis fin aux dispositions dérogatoires au code du travail qui ne se justifient ni d’un point de vue sanitaire ni quant à la préservation de l’emploi». S’il soutient «l’activité partielle permettant d’éviter les suppressions d’emplois», il n’en déplore pas moins «la réduction du niveau d’indemnisation de l’activité partielle de droit commun».

Rappelant son opposition à «la réforme de l’assurance chômage» ainsi qu’à «retour à la réforme des retraites», Force ouvrière conteste aussi les «dispositions contenues dans la loi Sécurité globale, les décrets sécurité intérieure comme dans le projet relatif aux principes de la République». Enfin, la confédération souligne «la nécessité pour l’ensemble de la fonction publique d’une approche à partir des besoins de la population et non de la logique permanente de la réduction de la dépense publique».

Communiqué FO – 21 juin 2021

Le syndicat agricole Confédération paysanne souhaite que le Sénat confirme l’adoption par l’Assemblée de la proposition de loi sur les retraites agricoles. 

Pour la Confédération paysanne, la proposition de loi d’André Chassaigne visant à «assurer la revalorisation des pensions des retraites agricoles les plus faibles» répond à ses propres engagements, avec l’Association nationale des retraités agricoles de France (ANRAF), en faveur des «laissés pour compte» des réformes précédentes, majoritairement des femmes», ainsi que les aides familiaux. Elle demande au Sénat de confirmer le vote de l’Assemblée, en prenant en compte la nécessité que «pour une carrière complète, aucune retraite ne doit être inférieure à l'ASPA (minimum vieillesse), quelque soit le statut», et de telle sorte que la revalorisation entre en vigueur au 1er janvier 2022.

Communiqué La Conf’ – 21 juin 2021

Les syndicats Force ouvrière et Solidaires déplorent l’attitude du Gouvernement concernant le nouveau mode de calcul de l’allocation aux adultes handicapés (AAH). 

La proposition de loi qui porte, plus précisément, sur «l’arrêt de la prise en compte des revenus du conjoint (la déconjugalisation) dans le calcul de l’Allocation aux adultes handicapés (AAH)», actée par l’Assemblée et au Sénat, est menacée de ne pas aboutir, en raison d’un blocage du Gouvernement. FO juge ce blocage injustifié, en rappelant notamment que «cette mesure est une demande réitérée du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) et des associations. Elle est aussi soutenue par la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH)». 

De même, l’Union syndicale Solidaires«dénonce le déni de démocratie par le vote (de-NDLR) de l’Assemblée nationale  bloquant l’individualisation des (…) AAH)». La proposition d’un «nouvel abattement forfaitaire d'un montant fixé par cret (…)» est «la “solutionqui ne change rien à la situation des personnes toujours autant en situation de dépendance». Pour le syndicat, «la déconjugalisation» doit être « adoptée au plus vite». 

Communiqué FO– 21 juin 2021; Communiqué Solidaires – 18 juin 2021